assurance homme clé allianz | comment le pays ferme les entreprises (HCP)

Vous-même ou bien l’un de vos collaborateurs joue un rôle déterminant d’homme-clé dans la vie de votre entreprise ? Si, pour des raisons d’incapacité temporaire, d’invalidité permanente, somme et pourquoi pas de décès, cet ou bien ces personnes deviennent temporairement ou bien définitivement indisponibles, et si ce indisponibilité met en péril le fonctionnement, même la pérennité de l’entreprise, l’assurance professionnel homme-clé protège votre société en compensant votre perte de chiffre d’affaires.

Selon HCP, le fardeau de la dette du Trésor sur le marché intérieur s'évapore et empêche les entreprises privées d'accéder au crédit. Les chiffres changent.

La croissance économique du Maroc est très faible: pas plus de 3% en 2018;

Outre la dépendance de l'agriculture aux menaces liées au climat, cette faible croissance est principalement due à la lente reprise des activités non agricoles depuis la crise de 2008.

En outre, la demande intérieure, qui est le moteur de la croissance économique, reste largement satisfaite des importations, les entrepreneurs étant incapables de produire et d’exporter suffisamment.

L'une des raisons de la lente reprise de l'activité non agricole est la difficulté d'accéder au financement, en particulier au secteur bancaire. Cette situation a longtemps été critiquée par les entreprises.

HCP condamne l'impact de l'expulsion (diminution de l'investissement et de la consommation due à la hausse des dépenses publiques financées par le marché intérieur).

Le secrétaire général du HCP, Ayache KHELLAF, estime que "la masse monétaire augmentera modérément (à noter qu'en 2018, 4,3% doublera par rapport à la crise). Ce qui est problématique pour l'économie nationale.

"Il est lié aux réserves internationales (éd., Ce qui a chuté de 7,5% en 2017 et 2018) la politique monétaire, qui continue à être gérée par les réserves de change. Cela crée une pénurie chronique de liquidités.

«Cela se traduit par des prêts à l'économie, qui croît lentement autour de 3%. Le financement national ne répond pas aux besoins de l'économie.

"Parallèlement, les exigences en matière d’administration ne cessent d’augmenter. Si le pays empruntait énormément sur le marché local, le secteur privé se trouverait évincé et ne trouverait pas de financement. Le système financier accorde plus de prêts au Trésor qu'au secteur privé.

"Mais la dette extérieure du Trésor n'est pas très élevée."

En 2010-2018 La dette interne du Trésor a presque doublé292,2 milliards 574,6 milliards de DH. Le taux de croissance annuel moyen de cette dette est de 8,8%. Il représente 52% du PIB contre 37% en 2010.

Dans la même période la dette extérieure du Trésor s'est affaiblie : + 60%, 148 milliards DH. Son taux de croissance annuel moyen est de 6%. Son poids est limité 13,4% du PIB 11,8% en 2010.

La dette publique du Trésor est financée par l'épargne du secteur public (OPCVM, etc.), institutionnelle (fonds de pension, compagnies d'assurance, etc.) et par les banques.

Les avantages nets de la banque centrale ont augmenté de 150% au cours de la même période. Ils sont passés de 81 milliards de dirhams à 202 milliards de dirhams, dont 152 milliards de bons du Trésor (près de trois fois le chiffre de 2010) et 56 milliards de crédits.

Le taux de croissance annuel moyen de ces créances est de 12%.

En même temps Les prêts bancaires au secteur privé (ménages et entreprises) n’ont augmenté que de 32%De 500,5 milliards de DH en 2010 à 673 milliards de DH. Le taux de croissance annuel moyen n'est que de 3%.

Face à la forte demande, il est clair que les banques préfèrent se concentrer sur les financements publics, un client sans risqueau lieu de cela, le financement de sociétés à liquidité élevée.

L'annonce de la trésorerie sur le marché financier international en 2019 et 2020 augmentera 2 milliards d'euros (environ 22 milliards de DH) pourrait remédier à cette situation.

Pour rappel le déficit en 2019 devrait atteindre 3,6% respectivement, 3,7% en 2018 en raison des produits de la privatisation (y compris Maroc Telecom) et 3,5% en 2020, selon les prévisions de HCP.

"Nous avons une dette du Trésor représentant 65% du PIB, dont 51% de la dette intérieure. Nous avons empêché les producteurs de grandir dans le trésor "A déclaré Ahmed Lahl, haut-commissaire au Plan.

"La dette extérieure est encore faible. Si j'étais là-bas, je voudrais sortir de la dette, mais pas du coût du pays. J'espère que l'organisation dépensera cet argent pour des projets. Mais vous devez d'abord avoir des projets rentables avec une vision pour l'avenir.

" Il est également nécessaire pour l’Etat de rembourser les dettes des entreprises (remarque, conditions de paiement, crédits de TVA). Pourquoi ne fais-je pas peu d'inflation pour rembourser mes producteurs et augmenter leurs installations de production. Pourquoi ne pas changer l'inflation et le déficit budgétaire? "Il demande.

Lahlim estime que le taux d'inflation au Maroc est inférieur à 2% de scandale, car aucun pays comparable n'enregistre ce niveau. L'année dernière, il avait également demandé des crédits pour financer des entreprises et financer des projets d'investissement public rentables.

Il le croit La politique monétaire adoptée par Al-Maghrib n'est pas appropriée. "Le maintien d'une stabilité des taux directeurs de 2,25% ne devrait pas encourager la promotion des emprunts bancaires, qui resteraient lents en 2019, avec un taux de croissance de 201% au lieu de 3,4% en 2018 et une moyenne de 10,6% pour la période 2007-2017" Communication budgétaire économique.

Mais "le secteur industriel, qui semble être la clé de la reprise économique, cherche toujours à augmenter sa part dans le PIB et à enregistrer une valeur ajoutée stable et incompatible lui permettant de stimuler la croissance".

>> Lire aussi: Comment Laimini a déchaîné les décideurs politiques (vidéo)