assurance homme clé obligatoire | "L'égale dignité des personnes est une valeur fondamentale"

Les collaborateurs obligatoire :

L’homme clé aussi être un salarié de l’entreprise qui prend une active dans la montage du chiffre d’affaires.

Exemples d’hommes clés :

Un vendeur super performant
Un nez chez un parfumeur
Un chercheur dans un laboratoire, etc.

Cross: Y a-t-il des valeurs communes avec lesquelles nous pouvons accepter de vivre ensemble?

Claire Hédon: Il y a encore des valeurs disponibles. Les partager est plus compliqué. À mon avis, la valeur principale des personnes est une dignité égale. Il est inclus dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui déclare que toutes les personnes naissent libres, avec une égale dignité et des mêmes droits.

La question de la dignité est étroitement liée à la disponibilité des droits. La pauvreté n'est pas simplement un manque de revenus, mais aussi des difficultés à protéger ses droits, son travail, son logement, son éducation, ses soins, sa culture.

Comment se présente le futur revenu général?

L'égalité de dignité découle de la participation des personnes. Nous l'avons vu avec des gilets jaunes: une partie du problème est que les autorités publiques ne l'écoutent pas. C'est pareil pour les plus pauvres. Nous prenons des décisions à leur sujet sans jamais leur demander leur avis sans prendre leur expérience et leur intelligence. Mais l'objectif de la démocratie n'est-il pas que tout le monde ait sa place et que les décisions puissent participer? C'est ce que le quatrième monde d'ATD tente de protéger et de comprendre.

Mais suivez-vous?

C.H. Il n'y a pas de raisons de s'inquiéter. La France compte 150 000 à 200 000 sans-abri et 8,5 millions de pauvres, dont 5 millions avec moins de 850 euros par mois. Ces chiffres font référence à une société qui ne va pas bien. Et quand on voit ce que la réforme de l'assurance-chômage prépare, on peut se remettre en question. Comment le président peut-il affirmer qu'il veut éliminer l'extrême pauvreté tout en resserrant l'accès aux allocations de chômage, ce qui entraînera des minima sociaux plus élevés?

Difficultés à trouver un emploi avant 57 ans

Dans le quatrième monde d’ATD, nous avons de plus en plus de difficultés à nous mobiliser sur ces questions. Cependant, je suis convaincu que la majorité de la population est toujours dans la pauvreté, que ce n'est ni normal ni juste. Les gens savent que personne n'est à l'abri d'un accident de la vie et que c'est toujours le moment où nous avons besoin des autres. Cela me fait dire que la bataille n'a pas disparu avant, pour que la solidarité puisse prévaloir.

Comment faire les choses?

C.H. Chez ATD World 4, nous sommes convaincus que la réunion peut tout changer. Personnellement, ce qui a changé notre vision de la pauvreté, c’est de rencontrer des gens qui se trouvaient dans une telle situation, de travailler avec eux et de vivre l’importance de l’intelligence collective. De nombreuses réflexions conduisent souvent à des décisions plus intelligentes, même si le processus est plus long et plus complexe. Nous vivons dans une société très divisée avec l'individualisme. La rencontre nous fait évoluer. ATD dans le quatrième monde, il y a quatre personnes dans notre conseil d'administration dans des situations précaires et cela change tout.

Mais ce qui s’applique à l’association, c’est que l’entreprise s’applique à l’efficacité et à la rentabilité.

C.H. D'une part, nous ne devons pas résister au problème, d'autre part. Notre mouvement implique des personnes qui travaillent dans le secteur privé et essaient de faire correspondre ce en quoi elles croient en leur engagement professionnel. De plus, nous voulons mobiliser toute la société. Les entreprises ont un rôle à jouer si nous voulons que les choses changent. Ils ont pris conscience de leur responsabilité envers l'homme et la planète.

De plus, de plus en plus de jeunes veulent travailler dans des entreprises qui ont du sens. Dans ATD World 4, nous voyons des volontaires permanents qui ont fait d’excellentes recherches et qui acceptent de payer pour le SMIC. C'est un choix de vie radical qui laisse espérer une raison. Si le profit devient aveugle, les entreprises ne sont pas impliquées seules. Tout le monde peut demander: quel est mon but dans la vie?

Qui fait référence à la responsabilité personnelle. Quelle est la place pour la politique?

C. H. :Le rôle de la politique est important. Et d'abord leur mot. Certains accusent les pauvres de fraude en utilisant le système. Pour être honnête, essayez de vivre de RSA pour 550 $ par mois. Nous ne pouvons rien faire! Rien ne devrait être exclu pour faire de tels commentaires. La responsabilité politique incombe également à leurs décisions. Chaque nouvelle mesure, chaque nouvelle loi devrait être évaluée par rapport aux 10% les plus pauvres et aux objectifs de développement durable que la France s'est engagée à respecter. Nous essayons de confirmer cela dans le contexte du pacte de viabilité signé par une quarantaine d'organisations. Sans une évaluation sérieuse des politiques publiques, nous pouvons décider de tous les plans de lutte contre la pauvreté que nous voulons, rien ne changera.

Les politiciens écoutent-ils assez vos organisations non gouvernementales similaires?

C.H. Ils nous écoutent très gentiment, mais nous pensons que cela ne sert pas beaucoup. Prenez une grande discussion, organisée après le mouvement des gilets jaunes. ATD Quart Monde, au travers de ses dix universités populaires, est étroitement associé aux questions fiscales, à l’accès aux soins de santé et à la transition écologique. Mais je ne pense pas que le gouvernement ait beaucoup appris. Nous n'écoutons pas non plus les plus pauvres. Et c'est insupportable.

———————————-

Claire Hédoni Bio Express

Former un avocat, journaliste dans un métier Claire Hédon, 56 ans, est le quatrième président mondial d'ATD depuis le 1er juillet.St En septembre 2015, il est également responsable des magazines Radio France Internationales.

Il a découvert ATD Participer à une bibliothèque de rue basée à Bangkok, en Thaïlande.

Il devient volontaire en 1993 est dans la quatrième université mondiale depuis plus de douze ans.

Il a rejoint le conseil d'administration du mouvement en 2005puis président avant de devenir vice-président en 2011. Depuis 2017, il est également membre du comité consultatif national d'éthique.